Le 30 mars 2015, le Guide « vers une nouvelle politique de soins de santé mentale pour enfants et adolescents » [1] était approuvé par la Conférence Interministérielle Santé publique. Y est posé le fondement d’une nouvelle politique de soins de santé mentale basée sur les besoins des enfants et des adolescents présentant des problèmes psychiques ou psychologiques et de leur entourage.  

Ce Guide repose sur le cadre et les expériences du guide pour adultes et jeunes adultes, avec la désinstitutionalisation, l’inclusion, la dé-catégorisation, l’intensification et la consolidation comme mots clés, et prend en considération la spécificité du groupe cible des 0 à 18 ans. Une attention spécifique est accordée aux jeunes de la tranche d’âge charnière allant de 16 à 23 ans.

La vision de la nouvelle politique de santé mentale pour enfants et adolescents repose sur l’approche globale et intégrée de toutes les composantes de soins. Les initiatives politiques déjà en place au sein des communautés et régions ainsi que les réglementations concernées sont prises en considération. En Flandre on tient compte du décret ‘Integrale Jeugdhulp’ du 12 juillet 2013.

Cette nouvelle politique porte prioritairement sur les enfants et adolescents de 0 à 18 ans et leur entourage. Outre leur entourage naturel (parents, famille, autres éducateurs, amis, …), la politique tient compte de l’importance de la collaboration et de l’articulation avec tous les partenaires du secteur de la santé mentale, par ex. les consultations privées (psychologues, psychiatres, …) ainsi que par ex. du secteur qui s’adresse au groupe cible des adultes (tels que les jeunes adultes, les parents d’enfants ou d’adolescents,…) mais également les partenaires provenant des autres secteurs (ex. Enseignement, Sport, Accueil de la petite enfance, Médecine de première ligne, Aide et protection de la jeunesse, Emploi, Prévention en matière de santé).

La nouvelle politique de santé pour enfants et adolescents doit partir d’une approche globale et intégrée de toutes les composantes de soins. C’est de ce principe de base que découle l’idée de travailler selon des programmes réalisés par des circuits de soins, dans des réseaux provinciaux. Autrement dit, il s’agit de l’ensemble des partenaires concernés, de prestataires de soins, d’institutions et de services qui s’adressent aux enfants, aux adolescents et à leur entourage. Ils réalisent ensemble, à partir du réseau, un certain nombre de missions ou de fonctions fondamentales bien définies. Ces fonctions constituent, pour chaque réseau, les activités de base de la future offre de soins à développer dans un ou plusieurs programmes. Afin de les concrétiser, des modalités sont liées aux fonctions. Les programmes émanent toujours des besoins des enfants, des adolescents et leur entourage.

Toutes les formes de soins se coordonnent afin de permettre complémentarité et continuité des soins et en même temps d’éviter les chevauchements. Il convient d’élaborer un modèle fonctionnel qui définira, d’une part, l’offre de soins nécessaire qu’une zone d’activité doit organiser, et, d’autre part, l’importance d’une coopération intersectorielle via le travail en réseau.

Les champs d’action des réseaux coïncident avec les frontières territoriales des provinces et de la Région de Bruxelles-Capitale. L’ensemble de ces champs d’action couvre le territoire belge dans sa totalité.

Cinq fonctions sont distinguées dans cette nouvelle politique de santé mentale pour les enfants, les adolescents et leur entourage. Les quatre premières fonctions sont des fonctions essentielles à la santé mentale. La dernière fonction est une fonction de support, transversale, conçue par l’ensemble des partenaires.

  1. Détection précoce, screening et orientation
  2. Diagnostic
  3. Traitement
  4. Inclusion dans tous les domaines de vie
  5. Echange et valorisation de l’expertise

La nouvelle politique de soins de santé mentale est implémentée en plusieurs phases. Dans un premier temps, l’accent a été mis sur la création et la coordination des réseaux. Dès que des réseaux fonctionnels auraient été mis en place sur le terrain, conformément à la vision, aux principes et au modèle décrit dans le guide, la deuxième phase de la nouvelle politique était mise en œuvre. Le développement d’un programme de soins de crise constitue l’élément central de cette deuxième. Le programme de soins de crise est global. Cela signifie qu’il s’inscrit dans l’offre de crise de tous les partenaires concernés, prestataires de soins, institutions et services qui s’adressent aux enfants, aux adolescents et à leur entourage. Les troisième et quatrième phases sont planifiées dès 2016 et comprendront la réalisation des programmes assertive care (soins de longue durée/aanklampende zorg) et de consultation et liaison intersectorielle.

Pour la région de Bruxelles-Capitale et dans le cadre de cette nouvelle politique, Bru-Stars, le réseau bruxellois en santé mentale pour les enfants et les adolescents a été construit à partir de juillet 2015. Ce réseau réunit tous les partenaires (néerlandophones, francophones, bilingues et multilingues) à Bruxelles. La coordination de ce réseau est hébergée à la Plate-forme de Concertation pour la Santé Mentale en Région de Bruxelles-Capitale. Le programme de soins de crise a été approuvé début décembre 2015 et sera implémenté à partir de janvier 2016. Les autres programmes seront développés dans le cours de l’année 2016.